Conjoncture Flash Août 2014

Conjoncture Flash | Août 2014 Secteur financier (2/2) Conditions d'octroi de crédit aux entreprises Source: BCE - STATEC (données lissées sur 3 trimestres) Davantage de souplesse pour les crédits aux entre- prises D'après la dernière enquête sur la distribution du crédit ban- caire (juillet 2014), les banques du Luxembourg semblent plus enclines à relâcher la pression sur les conditions de crédit accordées aux entreprises. Dans le détail, cet assou- plissement reposerait principalement sur l'amélioration des perspectives d'activité ainsi que sur la position plus favorable des banques en matière de liquidité et il se concrétiserait par une réduction de la marge pratiquée ainsi que par une hausse de la taille des prêts accordés. Les banques interro- gées relèvent cependant toujours une certaine faiblesse du côté de la demande de crédit émanant des entreprises jus- qu'au 2 ème trimestre, mais elles semblent bien plus optimistes dans leurs anticipations pour le 3 ème trimestre. Du côté des crédits aux ménages, le durcissement des cri- tères d'octroi reste de mise en matière de prêts à la consom- mation, mais il semble arriver à terme concernant les prêts à l'habitat (il était relativement conséquent de la mi-2012 à la mi-2013). Marché du travail Taux de chômage Sources: ADEM, IGSS, STATEC Le chômage poursuit sa progression A l'inverse de la plupart des pays européens, le chômage continue d'augmenter au Grand-Duché de Luxembourg. En juillet 2014, le taux de chômage s'élève à 7.3%, après 7.1% en janvier (données désaisonnalisées). La hausse en juillet provient surtout des hommes, des personnes âgées de plus de 50 ans, des non-indemnisés et de ceux ayant un faible niveau d'éducation. Il s'agit donc toujours d'un problème d'inadéquation entre l'offre et la demande, le nombre d'offres d'emploi ayant augmenté à nouveau en juillet 2014, surtout au niveau des services. Parallèlement à cette hausse du nombre de chômeurs, le nombre d'emplois aidés continue également à augmenter. Si l'on additionne les chômeurs et les personnes en mesure pour l'emploi, leur part s'élève à 9.2% de la population active en juillet 2014 contre 8.9% en janvier (données désaisonnali- sées). La hausse des personnes en mesure passe avant tout par les bénéficiaires de formation ainsi que les personnes engagées dans un stage de réinsertion professionnelle. Inflation Impact des soldes sur les prix à la consommation Source: STATEC Un effet "soldes" moins important en 2014 La tendance baissière au niveau de l’inflation constatée de- puis le début d’année est rompue avec le redressement du taux annuel de 0.9% en juin à 1.0% en juillet. Néanmoins, cette remontée est étroitement liée à un effet passager. Il apparaît effectivement que sur les prix de nom- breux produits (habillement, mobilier), les baisses relatives aux soldes ont été bien moins importantes cette année. L'effet "soldes" compte ainsi pour 0.12 points de % de moins cette année en juillet, ce qui correspond précisément à la remontée du taux d'inflation annuel entre juin et juillet. La tendance générale suivie par les prix à la consommation reste désinflationniste, comme en témoigne l'inflation sous- jacente hors soldes qui, avec seulement 1.2% sur un an en juillet, atteint son plus bas niveau depuis quatre ans. Cette inflation faiblissante passe notamment par les produits ali- mentaires, avec une baisse continue pour les fruits et lé- gumes frais sur les derniers mois. Celle-ci est due à une offre abondante, susceptible de s'accroître encore davantage à court terme (en lien avec l'embargo russe sur certains pro- duits alimentaires européens). -20 -10 0 10 20 30 40 50 60 03 T1 04 T1 05 T1 06 T1 07 T1 08 T1 09 T1 10 T1 11 T1 12 T1 13 T1 14 T1 Pourcentage net de banques indiquant un durcissement des crédits d'octroi 6.0 6.5 7.0 7.5 8.0 8.5 9.0 9.5 janv.-13 avr.-13 juil.-13 oct.-13 janv.-14 avr.-14 juil.-14 En % de la pop. active Taux de chômage Idem, y compris mesures pour l'empoi -1.4 -1.2 -1.0 -0.8 -0.6 -0.4 -0.2 0.0 2011 2012 2013 2014 Impact, en points de % Janvier Juillet

RkJQdWJsaXNoZXIy ODQ0NjI=