English version |   

Les dynamiques de développement démographique et la centralité urbaine au Luxembourg: quels enjeux?
04-10-2012 | Ministère du Développement durable et des Infrastructures


Le premier rapport, portant sur les dynamiques de développement démographique, a permis d’apporter un certain nombre de réponses à des questions fondamentales comme : comment et selon quelles logiques la population se répartit-elle sur le territoire national? Quelles sont les zones du territoire les plus dynamiques d’un point de vue démographique? Quelles sont, au contraire, celles dont la population tend à vieillir ou à s’installer ailleurs ? Ces questions doivent être prises en compte pour penser aujourd’hui l’organisation territoriale de demain. S’il est vrai que les communes prioritaires (dites communes « IVL ») accueillent plus des deux tiers de la croissance totale de la population, de nombreuses communes présentant un caractère rural croissent de manière trop rapide, ce qui va à l’encontre d’un développement maîtrisé et durable du territoire. Car ces tendances tendent à éloigner les fonctions « habitat », « travail » et «loisir », les deux dernières se concentrant essentiellement dans les communes urbaines, ce qui a son tour entraîne un allongement des distances à parcourir et donc un accroissement général de la mobilité, et notamment des transports individuels.

Les éléments exposés dans le deuxième rapport concernant la centralité urbaine permettent de faire une première évaluation de l’impact des dynamiques démographiques décrites sur l’armature urbaine du pays. Tendanciellement, l’espace luxembourgeois est de plus en plus structuré en trois ensembles régionaux fonctionnels :

  • Le Nord, qui est suffisamment éloigné de la région de la capitale pour avoir des logiques de fonctionnement propres.
  • La région centrale, la plus vaste des trois, qui est dominée par Luxembourg-Ville et qui tend à absorber la région Est, qui n’a pas su se structurer fonctionnellement autour d’un centre fort.
  • La troisième région qui peut être identifiée est la région SUD, en interaction forte avec la région centrale, mais qui présente une cohérence interne liée à son aspect d’agglomération multipolaire (plusieurs centres : Esch-sur-Alzette, Differdange, Dudelange,…), à son identité, à son organisation administrative, et enfin à son caractère transfrontalier.


  •